Aménagement paysager: une question d’équilibre

On se demande souvent comment s’y prendre pour réussir son aménagement paysager. Il suffit pourtant d’appliquer quelques principes de design qui habilleront la résidence de façon simple et efficace, et ce, même si on dispose d’un emplacement restreint. L’idée consiste à créer un équilibre en meublant l’espace disponible dans les trois dimensions : hauteur, largeur et profondeur. À lui seul, le gazon ne peut combler ce vide. Au contraire, les grandes surfaces planes rapetissent le terrain, accordant ainsi une importance démesurée à la maison.

Comprendre les volumes

La réussite de l’aménagement repose d’abord et avant tout sur l’analyse des proportions et la différence entre la surface plane (ou légèrement pentue) du terrain et les hauteur et largeur de la résidence. Par exemple, si la maison est haute et son terrain étroit, le rapport entre les deux exige l’ajout d’éléments élevés pour atténuer l’écart. Il est important de penser en tant que volumes, comme un jeu de blocs qu’on applique sur le terrain.

Vos principaux alliés

Pour traduire cette notion d’équilibre, vous disposez de deux principaux atouts : les arbres et les arbustes (les autres végétaux – vivaces, herbacées et annuelles – étant des accompagnateurs qui s’ajoutent plus tard pour affiner la composition) .

On appose d’abord les pièces maîtresses : les arbres . Ils sont extrêmement importants, car ils font le lien entre les plans vertical et horizontal. Ainsi, on peut compter sur des formes de végétaux qui vont s’adapter à la situation. Un arbre étroit mais haut s’agence parfaitement à la hauteur d’un cottage ou de toute autre maison de deux étages, tandis qu’un autre à cime ronde ou ovale accompagne fort bien un bungalow (d’un seul niveau) puisque leurs formes se ressemblent. Dans les deux cas, les silhouettes choisies font contrepoids à celles des maisons, comme si on les déposait sur l’autre plateau d’une balance : on tend ainsi vers l’équilibre.

En général, on recommande la plantation de deux spécimens d’envergure sur des terrains de petite taille . La hauteur minimale de la partie supérieure d’un arbre, peu importe celle de la résidence, devrait se situer dans l’épaisseur du toit. Ceux plantés à l’arrière de la maison et visibles en façade contribuent également à équilibrer l’ensemble. À ce stade, les petits arbres sur tige sont exclus.

Les volumes intermédiaires se composent surtout d’arbustes, feuillus ou conifères . Ils servent de lien entre les arbres et les plates-bandes de vivaces et d’annuelles. Éléments essentiels, ils camouflent les fondations, le dessous des galeries et les pentes trop fortes.

Les plantes grimpantes, comme les vignes, aident aussi à réduire l’impact de la hauteur. Enfin, au dernier niveau, les vivaces et les annuelles viennent unir ces végétaux et définissent la forme des plates-bandes. On en fait des massifs pour soutenir l’impact visuel. C’est le secret de la réussite.

3 raisons pour tendre vers l’équilibre

1- Le respect des proportions maximise l’effet des plantations en minimisant la quantité de végétaux. Il devient alors plus simple de les entretenir.

2- La succession florale continue participe à l’équilibre en créant de la vie et du rythme. 3- L’encadrement adéquat d’une résidence augmente sa valeur marchande.

Aménagement paysager, étape par étape

1- Photographiez la façade et ses profils pour bien évaluer la profondeur du terrain. Prenez un peu de recul : de trop près, on ne peut juger correctement des proportions.

2- Faites des copies papier de vos photos et ajoutez des volumes en pensant aux hauteurs et largeurs. Vérifiez l’étendue de terrain entre la rue et la résidence.

3- Dressez une liste des végétaux qui correspondent à ces volumes en tenant d’abord compte de leurs exigences de culture (ensoleillement, type de sol, etc.) . Pensez grand : mieux vaut utiliser moins de variétés et privilégier celles qui sont robustes, florifères et résistantes. Les lilas, rosiers rustiques et viornes composent un habillage en un tournemain.

4- Sur le terrain, plantez des piquets là où vos végétaux viendront prendre position; utilisez des cordes ou de la peinture en vaporisateur pour marquer les circonférences des arbustes en tenant compte de 75 % des dimensions indiquées dans les catalogues. Faites en sorte que les cercles se touchent : une plantation trop espacée manque d’unité.

5- Vérifiez la vue de l’intérieur de la maison. Vos végétaux doivent pouvoir être admirés par les différentes fenêtres sans les obstruer.

6- Parmi les variétés sélectionnées, choisissez des couleurs bien assorties au revêtement extérieur et des floraisons qui se succèdent •

%d blogueurs aiment cette page :