L’automne au jardin – 2e partie

C’est le début de la fin, les Jardins de Métis sont officiellement fermés au public et le compte à rebours est commencé pour la fermeture définitive avant l’arrivée de l’hiver. Il reste trois semaines de travail pour l’équipe, et quatre pour moi.

La vidange du système d’irrigation approche alors il faut s’assurer que les conifères et les plantes à feuillage persistant ont les réserves d’eau nécessaires pour passer l’hiver. Dans notre région, les précipitations ont été très abondantes au cours de la dernière semaine alors aucun apport d’eau supplémentaire ne sera à faire. Nous commençons par ramasser les boyaux d’arrosage et les tuteurs . Les boyaux sont vidés de leur eau, enroulés et rangés à l’abri. Les tuteurs sont nettoyés, classés par grandeur et entreposés. C’est le moment idéal pour faire la vérification de leur état et de noter, s’il y a lieu, les besoins pour la prochaine saison.

La liste des annuelles et des plantes fragiles à sauvegarder ainsi que des semences à récolter est distribuée. On arrache les plantes annuelles et on sauvegarde celles que nous voulons conserver. Elles sont nettoyées, empotées, traitées avec un savon insecticide et finalement entrées dans les serres . Les plants de bégonia sont mis à sécher pour au moins une semaine et seront ensuite nettoyés et entreposés en chambre froide dans de la vermiculite . Les dahlias et mirabilis sont aussi mis à sécher mais seulement un ou deux jours avant d’être entreposés. À la maison, il n’y a pas toujours de chambre froide alors il faut choisir un endroit où la température demeure en dessous de 10 °C.

Nous taillons les vivaces herbacées à l’automne, car au printemps le temps presse et le feuillage, alors mou et pourri, n’est donc pas très agréable à enlever. Certains préfèrent laisser le feuillage coupé en place en guise de protection hivernale, c’est très valable. Avant de commencer à tailler les plantes, on passe en revue les exceptions : il ne faut pas tailler le feuillage des bergénies, statices vivaces, fougères à feuillage persistant, oeillets, et des graminées qui resteront belles une bonne partie de l’automne.

Pour certaines plantes, je recommande d’utiliser les cisailles à gazon plutôt que la débrousailleuse; pour les hémérocalles et les pivoines principalement. Votre jardin n’est peut-être pas assez grand pour justifier l’utilisation de la débrousailleuse, mais ici c’est nécessaire. On utilise la lame triangulaire ou des lames en plastique. Prenez le temps d’identifier, avec du ruban orange, les petits arbustes et plantes à ne pas tailler, car une fois la débrousailleuse dans les mains, ce n’est pas toujours évident de bien les repérer.

Bon nettoyage.

%d blogueurs aiment cette page :