Le bouturage des plantes d’intérieur

Pour multiplier nos plantes d’intérieur, le bouturage demeure une technique à la portée de tous, facile, rapide et économique. Voici comment procéder avec des plantes à jeunes tiges, à tiges longues et à tiges succulentes.

bouturage des jeunes tiges

De nombreuses plantes d’intérieur, souvent cultivées en pots à l’extérieur durant l’été, telles que les bougainvillées (Bougainvillea) , les pélargoniums (Pelargonium) , aussi appelés géraniums, les lantanas (Lantana camara) , les lauriers (Nerium oleander) , les marguerites arbustives (Argyranthemum frutescens) , les coléus (Solenostemon scutellarioides) , les fuchsias (Fuchsia) et les hibiscus (Hibiscus) , peuvent être facilement propagées par bouturage de leurs pousses terminales. On prélève les jeunes pousses tendres non lignifiées qui sont situées à l’extrémité des tiges et qui ne portent pas de fleurs, soit à la fin de l’été, au moment de rentrer les plantes à l’intérieur, soit de la mi-février à la mi-avril.

0002170_1.jpg
On sélectionne des bouts de tiges assez mous, presque succulents . On coupe des boutures de 10 à 15 cm de longueur directement sous un noeud, c’est-à -dire l’endroit de la tige où s’insère une feuille.

On enlève ensuite les feuilles dans la partie supérieure de la tige, en n’en conservant que deux — ou deux paires dans le cas des plantes aux bourgeons opposés .

Chez les végétaux qui possèdent de grandes feuilles, on coupe les feuilles restantes de moitié de manière à limiter l’évaporation.

On peut ensuite plonger les boutures dans l’eau ou dans un terreau . Dans l’eau, elles produisent des racines rapidement. Il suffit de placer un morceau de treillis ou un carton perforé sur l’ouverture d’un pot en verre. On y insère les boutures de manière que la moitié inférieure de leurs tiges soit plongée dans le liquide. On place ensuite les boutures sous un éclairage artificiel ou près d’une fenêtre ensoleillée, en évitant toutefois qu’elles ne soient touchées directement par les rayons du soleil. Pour accélérer l’enracinement, on peut tremper la base des boutures dans des algues liquides pures.

Au lieu de piquer chaque bouture dans un pot, on peut les mettre dans un grand plateau conçu pour la culture des semis . On couvre le plateau d’un dôme en plastique transparent pour assurer une humidité constante aux plants, en évitant toutefois que de la condensation ne se forme sur les parois. Il faut vérifier régulièrement que le substrat ne s’assèche pas et rajouter un peu d’eau au besoin.

On met ensuite chaque bouture dans un pot contenant un terreau à empotage composé d’un tiers de tourbe de sphaigne, d’un tiers de compost et d’un tiers de perlite . On identifie les boutures, puis on les place sous un éclairage artificiel ou dans un endroit offrant une bonne luminosité, dont la température oscille entre 18°C et 22°C.

bouturage des tiges succulentes

Quelques plantes d’intérieur à tiges succulentes, telles que les échévérias (Echeveria) , les kalanchoés (Kalanchoe blossfeldiana) ou les sédums (Sedum) , peuvent être facilement propagées par bouturage de leurs pousses terminales. On prélève les jeunes pousses qui sont situées à l’extrémité des tiges, de la mi-février à la mi-avril.

On sélectionne des tiges saines qui ne portent pas de fleurs et on les coupe le plus près possible de la base de la plante. On coupe des boutures de 5 à 7 cm de longueur directement sous un noeud, c’est-à -dire l’endroit de la tige où s’insère une feuille.

{photo 7} On coupe ensuite toutes les petites tiges latérales et on enlève toutes les feuilles fixées sur le tiers inférieur de chaque bouture ; les plaies ainsi formées le long de la tige favoriseront la formation de racines. On peut laisser les boutures sécher pendant environ 48 heures. Ensuite, bien que cela ne soit pas nécessaire, on peut enduire la base des boutures d’algues liquides pures.

On pique la moitié inférieure de chaque bouture dans un substrat composé d’un tiers de compost et de deux tiers de perlite grossière. On compacte très légèrement le terreau et on arrose.

On place les boutures sous un éclairage artificiel ou dans un endroit offrant une bonne luminosité, dont la température oscille entre 18°C et 22°C.

bouturage des longues tiges

Quelques plantes d’intérieur aux longues tiges, ressemblant presque à des troncs, comme les dieffenbachias (Dieffenbachia) , les dracénas (Dracaena) et les yuccas (Yucca) , peuvent être facilement propagées par bouturage de leurs tiges . On prélève des portions de tiges qui portent des feuilles et qui sont situées aux extrémités, de la mi-février à la mi-avril.

On sélectionne l’extrémité d’une tige latérale saine, bien feuillée, et on la coupe en biseau juste au-dessus d’une feuille. On enlève ensuite toutes les feuilles qui y sont fixées.

On coupe l’extrémité de la tige en petits morceaux de 5 cm de longueur dans le cas des dieffenbachias et de 10 cm de longueur dans le cas des dracénas et des yuccas (photo 11) On coupe chaque bouture directement sous un noeud, c’est-à -dire l’endroit de la tige où s’insère une feuille. Ensuite, bien que cela ne soit pas nécessaire, on peut enduire la base des boutures d’algues liquides pures.

On dépose chaque bouture horizontalement, les bourgeons vers le haut, dans un substrat composé de deux parties de compost et d’une partie de perlite grossière. Comme les dracénas sont sujets à la pourriture, il est préférable de mettre leurs boutures dans un terreau composé d’un quart de compost et de trois quarts de sable fin. On compacte très légèrement le terreau et on arrose.

On place les boutures sous un éclairage artificiel ou dans un endroit offrant une bonne luminosité, dont la température oscille entre 18°C et 22°C.

Des hormones favorisant l’enracinement

Pour que les boutures plongées dans la terre s’enracinent plus rapidement, on peut les inciser et les tremper dans les algues liquides pures ou les enduire d’une poudre d’enracinement. La poudre d’enracinement est composée d’acide indole-3-butyrique (AIB) . Ce produit est en fait une hormone de croissance qui favorise la formation de racines.

Les tiges herbacées sont généralement traitées avec une poudre contenant 0, 1 % d’acide indole-3-butyrique, les tiges semi-ligneuses avec une poudre d’enracinement qui en contient 0, 4 %, tandis que les tiges complètement lignifiées sont plongées dans une poudre contenant 0, 8 % d’AIB. Les boutures badigeonnées d’algues liquides ou enduites d’une poudre d’enracinement produisent des racines en quelques jours seulement.

%d blogueurs aiment cette page :