Le terrarium, un jardin intérieur à  entretien minimal

Lorsque le médecin londonien et botaniste amateur Nathaniel Ward mit une chrysalide de papillon et un peu de terre dans un flacon de verre à la fin des années 1820 pour observer son éclosion, il fut surpris d’y voir germer et s’épanouir merveilleusement une petite fougère. Peu après, inspiré par le phénomène, Ward embaucha un menuisier pour construire des caisses vitrées dans lesquelles il rêvait de faire pousser des plantes. On les appela les «caisses wardiennes».

Aujourd’hui, nous nommons terrariums ces contenants transparents, munis ou non d’un couvercle également transparent, dans lesquels on cultive des plantes.

Les jardiniers de partout en Europe – et plus tard d’Amérique du Nord – furent aux anges d’avoir enfin des plantes dans leur maison pendant l’hiver. Car jusque-là, la chose s’avérait impossible en raison des fluctuations constantes de la température, s’abaissant au-dessous de zéro la nuit pour atteindre un niveau presque étouffant le jour quand le poêle à bois chauffait à bloc.

Presque 200 ans plus tard, grâce au chauffage central, les températures intérieures de nos maisons sont beaucoup plus stables, mais l’air y est aussi plus sec, ce qui provoque le brunissement des feuilles de plusieurs plantes et l’assèchement rapide du terreau .

Dans un terrarium, l’air demeure toujours humide, car les pertes en eau par évaporation sont minimes et le taux d’humidité demeure élevé. En fait, un terrarium fermé peut n’exiger qu’un seul arrosage par année. (Note : si de la condensation se forme sous le couvercle, c’est que le terreau est un peu trop humide; retirez le couvercle pendant un jour ou deux pour laisser le surplus d’eau s’évaporer.) Même un terrarium ouvert, exposé à l’air dans sa partie supérieure, exige moins d’arrosage, pas plus d’une ou deux fois par mois. C’est le jardin intérieur à entretien minimal par excellence!

L’aménagement, étape par étape

Créer un terrarium est un projet amusant pour toute la famille et ne requiert que quelques minutes. Presque tout contenant de verre, quelle que soit sa forme, peut convenir : un verre ballon, une grosse bouteille ou, bien sûr, une caisse wardienne. Un aquarium fait un terrarium particulièrement facile à aménager : grâce à sa grande ouverture, il est aisément accessible aux enfants. En le couvrant d’une feuille de plexiglas, on réduira à presque rien les besoins en arrosage .

1- Tout terreau commercial pour plantes d’intérieur peut convenir. Ajoutez-y simplement une poignée de charbon activé pour le garder aéré. Bien humidifier le substrat, mais sans excès.

2- Extirpez les plants de leur pot; n’hésitez pas à enlever de la terre si la motte est trop haute. Mettez la plante en place et comblez avec du terreau .

3- Créez un paysage miniature en ajoutant du bois de grève, des cailloux ou d’autres accessoires. Vaporisez délicatement de l’eau pour tasser le terreau et installez le contenant sous un éclairage modéré (évitez le soleil direct) dans une pièce normalement chauffée. Mis à part un arrosage occasionnel, le seul entretien consistera à pincer ou tailler les plantes pour en contrôler la croissance.

Les meilleures plantes

La plupart des plantes d’intérieur deviennent trop grosses pour un terrarium, à moins qu’il ne soit de très grande taille . En outre, les plantes succulentes, incluant les cactées, y pourrissent rapidement à cause de la forte humidité. Parmi celles qui restent, voici les meilleurs choix : semis de palmier nain (Chamaedorea elegans, syn. Neanthe bella)
Cryptanthe (ex. : Cryptanthus bivittatus)
Épiscia et cvs. (Episcia reptans, E. cupreata et leurs hybrides)
Figuier rampant (Ficus pumila)
Fittonia (Fittonia albivenis)
Lierre commun (Hedera helix)

Fougères naines

Capillaire (ex. : Adiantum hispidulum)
Pelléa à feuilles rondes (Pellaea rotundifolia)

Plantes insectivores*

Dionée attrape-mouches (Dionaea muscipula)
Rossoli (ex. : Drosera capensis)

Mousses

Piléa (Pilea depressa, P. microphylla, etc.)
Sélaginelle (ex. : Selaginella kraussiana)
Sinningia miniature (ex. : Sinningia pusilla)

* Les plantes insectivores sont extrêmement sensibles aux minéraux de toutes sortes : ne les arrosez que d’eau de pluie ou d’eau distillée.

%d blogueurs aiment cette page :