Un jardin en ville

Pour devenir agriculteur urbain et posséder un jardin en ville, il faut parfois dépasser les conventions sociales et remettre en question les normes établies. S’approprier un espace cultivable nous permet d’accéder aux richesses de l’agriculture urbaine et, pour y parvenir, il nous faut explorer tous nos atouts! Alors que certains préféreront cultiver en plein sol dans un jardin communautaire ou collectif, dans la rumeur de la ruelle ou la splendeur d’une cour de banlieue, d’autres apprécieront des contenants originaux dans l’intimité et la proximité du balcon ou du toit. De la contrainte de l’espace et du détachement des conventions naissent des projets originaux : tomates suspendues, support à chaussures converti en pochettes de plantation, fruitiers ensachés heureux sur le bitume… Libérée, l’agriculture urbaine sera accueillie chez soi sous de multiples formes! Désormais, nul ne peut prétexter le manque d’espace pour ne rien cultiver. En l’absence de sol, de toit, de balcon accessible ou de bordure de fenêtre digne d’accueillir une jardinière, la solution réside… sur le terrain des autres.

Phénomène nouveau, le partage de jardin implique des «agences de rencontres» qui jumellent les propriétaires d’un espace à cultiver à des jardiniers sans lopin.

Pratiquer l’agriculture de proximité apporte assurément de la fraîcheur dans notre assiette, mais elle peut s’avérer un excellent moyen d’entrer autrement en relation avec notre entourage.

%d blogueurs aiment cette page :